MENU

3 nov. 2015

5 raisons d’aller voir l’exposition Beauté Congo

Je ne vais que très rarement (si ce n’est jamais) à des expos. Non pas que je n’aime pas ça, mais vous savez, il y a de ces choses que vous vous promettez de faire plus souvent mais que vous repoussez sans cesse. L’exposition Beauté Congo en faisait partie.
Conçue par André Magnin, commissaire général, l’exposition Beauté Congo - 1926-2015 - Congo Kitoko met à l’honneur l’art de la République Démocratique du Congo en explorant près d’un siècle d’histoire. 
J’y étais mardi dernier en compagnie de mes meilleures amies Erika et Madeleine et nous avons a-do-ré. C’est une sortie à ne pas manquer. Je vous donne 5 raisons.

Pourquoi se rendre à l’exposition Beauté Congo ?

POUR Chéri SAMBA

La raison première pour laquelle vous devriez vous déplacer pour voir l’exposition Beauté Congo-Congo Kitoko est Chéri Samba. Samba wa Mbimba N’zingo Nuni Masi Ndo Mbasi, mieux connu sous le nom de Chéri Samba est un artiste et peintre autodidacte contemporain congolais. 
Chéri Samba a exposé dans des institutions tels que le Centre Georges-Pompidou à Paris ou encore le musée d’art moderne de New York. C’est un des artistes les plus important du marché de l’art international. Voir une de ses toiles est un privilège. C’est moi qui vous le dit ! 

La fondation Cartier l’a bien compris et lui consacre une salle entière pour exposer ses peintures à la fois humoristiques et engagés. J’ai adoré. Ce sont ce que j’appelle des toiles intelligentes. Elles vous font réfléchir. 
Chéri Samba aborde les thèmes de la guerre, de la politique mais aussi de l’homosexualité avec beaucoup de génie. En partant je cogitais toujours sur la signification de quelques unes de ces oeuvres dont celle-ci sur laquelle nous reviendrons plus bas. 
Chéri Samba, "Oui, il faut réfléchir", 2014 - acrylique et paillettes sur toile.

POUR VOYAGER

Voyagez à travers le temps. Retracez près d’un siècle d’histoire à travers la peinture, la sculpture, la photographie et les bandes dessinés. Apprenez-en sur les évènements politiques et sociaux du Congo de 1970, l’extravagance des nuits kinoises et faites connaissance avec la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Élégantes). Découvrez la richesse tant historique qu’artistique du sol congolais. 

J’en ai tellement appris sur mon pays en une soirée que je n’aurais pu en apprendre en 1 an dans un cours d’histoire. Et c’était génial que de pouvoir voir les anciennes BD, de voir la mode de l’époque à travers les photos de Jean Depara et Ambroise Ngaimoko mais aussi le mode de vie des habitants de l’époque.

Ils s’enjaillaient de fou à l’époque ces congolais. Bien plus qu’aujourd’hui même. Et quelle élégance!

POUR SAMBIANCER

Inspirée par les oeuvres exposées, toute l’exposition est rythmée par des musiques congolaises. Parcourez les salles, découvrez les oeuvres et laissez-vous bercer par les musiques de chez moi. Ça vous plonge dans la vie urbaine congolaise. Car la musique est omniprésente au Congo. 

J’aurais reconnu quelques airs de rumba ainsi que le single Mascara de Fabregas. 
Ce single est lié au travail de Pierre Bodo que vous pouvez appercevoir ci-dessous. Il représente des femmes-arbres auxquelles plusieurs animaux sont accrochés aux branches. Ces femmes évoquent le thème des femmes surchargées. En effet il faut comprendre à cela que la femme a des responsabilités hors-normes. Elle est une mère qui doit assurer à la fois la nativité, la croissance et l’éducation des enfants et par conséquent celui des êtres humains. C’est ce qui lui donne sa valeur. La femme est précieuse. Les oiseaux et les reptiles présents sur sa tête représentent la malédiction. Notamment le serpent qui a fait chuter le monde (Adam et Eve). Ainsi la morale est que les femmes doivent apprendre à garder leur propre valeurs et ne pas se laisser réduire à des objets de convoitise qui les dévaloriseront. La femme est précieuse. Nous sommes des bijoux les filles. 

https://soundcloud.com/fondation-cartier/fabregas-le-metis-noir-mascara-2014
Pierre Bodo, "Femme surchargée"

POUR RÉFLÉCHIR

Je vous disais plus haut que la première raison pour laquelle Beauté Congo valait le détour est : Chéri Samba. En effet, ces toiles laissent dubitative. Elles font cogiter. Mais celle qui nous aura le plus marqué reste sa toile OUI IL FAUT RÉFLÉCHIR. 

Chéri Samba est connu pour utiliser l’autoportrait dans ses toiles. C’est donc sans surprise que nous le retrouvons au coeur de celle-ci. J’ai d’abord pensé (comme mes amies) qu’il s’agissait là de Patrice Lumumba. Vous savez l’ancien premier ministre congolais. Mais mes recherches m’ont affirmé qu’il s’agissait bien de Chéri Samba lui-même un peu plus jeune. Il est accompagné de Barack Obama et Nelson Mandela. 

Nous avons longuement observé ce tableau mes copines et moi. Et en ayant en tête Lumumba à la place de Chéri Samba nous nous sommes posé énormément de questions. 
Mais je n’ai toujours pas trouvé le message de cette toile. Peut-être n’ai-je pas assez réfléchi ? Car oui il va de soit qu’il faut réfléchir. Mais réfléchir à quoi ? Et puis pourquoi les trois figures ne regardent-elles pas au même endroit ? Puis pourquoi une dent et la carte de l’Afrique comme fond ? Pourquoi des paillettes ? Parce qu’effectivement, le fond est pailleté. Pourquoi cette dominance de bleu ? De blanc ? et de Rouge ? Un rapport à la France ?

Les trois hommes sont pensifs. À quoi réfléchissent-ils ? Tant d’interrogations. 
Puis en y réfléchissant je me suis dit qu’il n’y avait peut-être aucune signification particulière. Peut-être que justement le fait que je réfléchisse à une signification ; c’était ça la signification.
Peut-être même que Chéri Samba voulait nous faire réfléchir sur son œuvre et non sur ce qu’elle signifie. Peut-être ; encore une fois que ce qu’il y a à comprendre c’est que justement il n’y a rien à comprendre. Il y a tout simplement à réfléchir. Peut-être aussi que ces grands hommes en réfléchissant n’ont toujours pas trouvé la solution. Mais la solution à quoi ? À l’Afrique ? À ses richesses volés caractérisés par la dent ? À sa relation avec la France ? (Dominance de blanc, de bleu et de rouge rappelant le drapeau français) À son indépendance ? 

Voyez-vous ce tableau me perturbe. Cette exposition m’a perturbé. Je m’interroge encore et toujours sur la signification. Une chose est sûre il faut y réfléchir.

POUR ÊTRE ÉMU

Enfin il faut aller découvrir cette exposition parce qu’elle vous prend aux tripes. J’ai été ému tout le long. Si la peinture est au coeur de l’exposition ; comme dit précédemment, découvrez aussi de la musique, de la sculpture, de la photographie et même de la bande-dessinée. J’ai découvert la beauté de l’art congolais sous toutes ces formes et j’en suis ravie. L’oeuvre qui aura le plus touché mon coeur est ce tableau de Sammy Baloji ; un photographe congolais.
Sammy Baloji


Ce tableau m’a beaucoup ému. Cet homme m’a beaucoup ému. Tout chez lui m’émeut. 
L’expression de son visage. Sa posture statique. L’intensité de son regard. J'avais l’impression qu’il transperçait mon âme. J’avais l’impression qu’il ne regardait que moi. Je suis restée devant pendant un bon moment et j’y suis retournée avant de quitter l’exposition comme pour lui dire aurevoir.

Cette photo, cet homme qui qu’il soit, m’a touché. C’est comme si il voyait en moi ; en nous (visiteurs) une sorte de lueur d’espoir. Je l’ai ressenti comme ça. : « Regarde-moi, j’existe ! » 
Cet homme pour moi c’est l’Afrique. C’est mon pays, C’est Kinshasa. C’est la République Démocratique du Congo. Elle est là, elle existe. Il ne faut pas la laisser de coté. Peut être est-ce pour cette raison qu’il m’a chamboulé. J’ai vu en lui mon pays.

Car ça me fait mal. Ça me fait mal de voir que mon pays n’est pas reconnu à sa juste valeur. Ça me blesse de ne pas le voir avancer connaissant ses capacités. Ça me dérange que la seule image qu’ont certains occidentaux sur mon pays et l’Afrique en général c’est celle de noirs vivant dans des cases, habillés en guenilles, entourés d’animaux sauvages et se trimballant à moitié nus de lianes en lianes pour aller chasser leur dîner. 

Voilà pourquoi je remercie André Magnin pour cette exposition. Elle permet d’effacer tous clichés., de montrer un Congo à la fois sombre, gai, riche et civilisé.
Les artistes populaires congolais n’ont pas de lieu d’expositions à proprement parlé. Au sein de la Fondation Cartier ils ont enfin trouvé la scène dont ils avaient besoin pour montrer au monde la beauté polyphonique (j’ai trouvé ce mot dans le dico mdr) de l’art congolais. Cette exposition, c’est de la fraîcheur, de la couleur et de l’intelligence. Je vous invite vivement à y aller seul(e)s ou accompagné(e)s.

INFORMATIONS IMPORTANTES :

Exposition Beauté Congo à la Fondation Cartier
Jusqu’ au 10 janvier 2016
Lieu : Fondation Cartier,
Horaires : 11h-20h mardi-dimanche, nocturne mardi jusqu'à 22h
Tarifs : 10,5€, 7€ étudiants, chômeurs, séniors,
gratuit -13ans et -18ans le mercredi

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire